Presentation

Le rural mis à mal dans deux romans du terroir québécois et leurs adaptations cinématographiques – Séraphin et Le Survenant

Author:
Presenter:
Session:
Room:
Room H
Schedule:
Tuesday, 1 September 2015
15.00 – 16.45

Avec les années de la crise québécoise, datée de 1930, la société rurale, prédominante depuis le XVIIe siècle avec la vague de défrichement et de colonisation du Canada-français, se métamorphose progressivement en société urbaine. S'opposent donc à cette époque deux genres romanesques : les « romans du terroir », proposant une vision presque idéalisée d'une vie rurale traditionnelle et les « romans de l'industrialisation » qui dépeignent au contraire la noirceur d'un monde industriel et déterminé, touché par les guerres mondiales.

Parmi les premiers, dont grand nombre a gagné sa place dans les classiques québécois, j'aimerais en proposer deux : Séraphin, un homme et son péché (Claude-Henri Grignon, 1933) et Le Survenant (Germaine Guèvremont, 1945). En effet écrits entre les années 1930-50, ces romans du terroir, représentants de l'esprit traditionnel canadien-français qui place au centre de la société la famille archétypale et la religion, présentent les codes de cette société ainsi que l'ordre préétabli dans une langue fleurie qui s'éloigne voire s'oppose à la langue de métropole.

Or, cette transgression des personnages est redoublée de celle de réalisateurs (C. Binamé (2002) et E. Kanuel (2005)) qui adaptent ces romans pour le grand écran à l'orée du XXe siècle. Transgressé une première fois à l'intérieur de la diégèse, transposé entre les médium, l'ordre du terroir touche alors un public qui est bien loin de cette vie rurale d'alors.

Je me propose d'étudier les différentes caractéristiques du rural québécois de la première moitié du siècle, illustrée par ces deux classiques pour ensuite montrer que les personnages centraux de ces romans transgressent mais revendiquent finalement une autre lecture du rural. Dans une seconde partie de mon travail, on analysera la récurrence des scènes épiques dans les deux films comme une relecture et une transposition actuelle de certaines scènes essentielles au mode de vie rural qui, par le passage entre les média, accède au rang de mythe.

Pascal Marie
University of Toronto
Canada
marie.pascal [at] mail.utoronto.ca

Organizing Partners

Main Sponsors

Sponsors